L’art decoratif (№ 168)
Коллектив авторов20.03.1912
Chapelle à reliques. Ecole brabançonne (vers 1.500).
(Clique sculpté et albâtre polychromes.)


EXPOSITION DE L’ART ANCIEN




ET DE L’ART POPULAIRE A MALINES


J’AL contemplé Malines par une fin de jour automnal, calme et recueilli. Le soleil
mourant dorait d’un dernier rayon vermeil l’épine gigantesque de la vieille tour de Saint-Rombaut, hérissée de colonnettes aux vives arêtes, avec au sommet l’ajour d or noirci du cadran de son énorme horloge. Sur la Grande Place des maisons aux couleurs tendres, aux pignons découpés, sculptés, sous des toits en tuiles rouges, se pressent, vieillottes, mais fières, semblant fixer avec orgueil la Halle aux Draps, la dentelle de pierre de la maison du Grand Conseil et l’austère Hôtel de Ville.
Sous ses ponts la Dyle coule doucement, reflétant les maisons antiques qui sommeillent sur ses quais. Et si Bruges-la-Morte, chantée magistralement par llodcnbach, est